Alsace & Les Jardins de Gaïa

PS : Alsace, I love you.

558303_10150949977693525_2098264239_n
La Petite France à Strasbourg
3067_10150949969043525_2082477023_n
Une cigogne au Parc de l’Orangerie à Strasbourg

Vendredi 8 septembre, avec les Teasters nous prenons la route direction l’Alsace ! Pour quelles raisons ? Pour aller à la rencontre des Jardins de Gaïa, de sa créatrice Arlette et de ses collaborateurs/trices !

Quand je pense à l’Alsace, j’oublie tout et je plonge dans de merveilleux souvenirs… En 2012, je fus stagiaire dans l’hôtellerie / restauration pendant 4 mois dans les Vosges (88) et le weekend j’en ai profité pour visiter un peu la Lorraine (Poke Alex) et l’Alsace !

282619_10150908808468525_731109628_n

 

La Lorraine, le pays des Mirabelles  et de son eau de vie, des Brimbelles (Myrtilles), de la Bergamote de Nancy, des bonbons des Vosges, du Baba au Rhum et bien sûr du Pâté Lorrain (Il est composé principalement d’échine de porc (viande grasse) et de noix de veau (viande blanche) entourés par une pâte feuilletée. Son arôme provient de la marinade de la viande, préalable à la cuisson et faite de vin (rouge ou blanc selon les recettes).

526580_10150964340163525_1493876461_n

Si vous trouvez du Pâté Lorrain à Paris, je prends. J’ai passé 4 mois à manger cette spécialité et c’est un vrai délice lorsque cela sort du four… MIAM.

Revenons à l’Alsace !  J’ai eu la chance de visiter Strasbourg, Colmar, Munster et Kaysersberg. Une région magique.

547922_10150963668898525_1956895380_n
Kaysersberg
561424_10150949953043525_2003020722_n
Les Kouglofs : Vous pouvez en trouver chez Sébastien Gaudard à Paris

Pour moi l’Alsace, c’est les Cigognes, les maisons en colombages, le Kouglof, les vins Alsaciens (Les Hospices de Strasbourg), la bière, le Munster (Le Musée du Fromage), les quetsches, les spaetzles, la choucroute, le Baeckeoffe, les flammekueches. J’arrête pour les spécialités car j’en ai encore pour des mois. Une région comme vous pouvez le voir Bonne vivante ! BRAVO, maintenant, j’ai faim. (Elle rivalise presque avec ma région Normande et Ma région Rhône-Alpes.)

551145_10150963701283525_1068668828_n

539078_10150963679198525_1509747684_n
Kaysersberg
558253_10150950022903525_1873706655_n
Tartiflette au Munster (Oui, bon, j’ai vécu en Haute-Savoie, ça se voit…)
391264_10150963685388525_764987616_n
Colmar
563932_10150949988298525_2053188193_n
Les Hospices de Strasbourg
179988_10150963681758525_203005845_n
Je rêve d’avoir une maison en colombage… (Un gros passif normand ? Pas du tout !)

Bon, j’avoue, je suis parti loin… Mais me revoilà, pour parler de notre magnifique journée près de Strasbourg ! A Wittisheim exactement ! Comment cela se prononce déjà ? Le but de la journée : en savoir plus sur les Jardins de Gaïa, rencontrer sa créatrice, son équipe, visiter les locaux, déguster du thé (accessoirement) et voir des cigoooognes.

Il y a tant à dire et à vous montrer si seulement mon appareil photo et mon téléphone ne m’avaient pas lâchée. (Merci à Anne pour le prêt de son appareil photo) !

Après 4 heures de train, nous sommes accueillis dans le 67 très chaleureusement par l’équipe. Nous visitons les différents espaces : nous commençons par les jardins zen !

P1050524
Les Jardins Zen

A peine arrivée sur place, je me sens déjà apaisée. Je sens que nous allons nous ressourcer loin de la tumulte parisienne.

« La Maison de thé est entourée de cinq jardins japonais, chacun présentant un thème différent, dans lesquels l’eau a été remplacée par du granit concassé. Ce type de réalisation, « Karesansui » – sans eau en japonais – est d’origine très ancienne. Baptisés « L´étang de la tortue », « Le jardin de la grue », « Le jardin de la mandoline », « Le lac du silence » et « Plein est vide », ces jardins apportent une touche de modernité : ils communiquent entre eux. Les rochers d´un jardin sont mis en relation avec ses voisins, tout comme les plantes ou d’autres éléments le composant. Cette multitude de liens entre les jardins permet au visiteur de tisser sa propre histoire avec le lieu. »

Les Jardins de Gaïa existent depuis 1994. Ils sont les premiers sur le marché du thé en France à proposer 500 thés et tisanes BIOS. Une grande partie de ces produits viennent du commerce équitable et certains sont même produits en biodynamie !

Arlette et son équipe travaillent en harmonie avec les producteurs. Rien de plus important aux yeux de ces passionnés que de proposer aux clients des thés de qualité produits de manière éthique grâce à leurs relations durables et soutenues avec les producteurs. 

Nous avons eu la chance de visiter les locaux de A à Z :  de l’aromatisation à la mise en sachets ! Tout est réalisé artisanalement dans les locaux à Wittisheim. J’ai apprécié la transparence des Jardins de Gaïa. L’équipe nous a montré et expliqué chaque étape.

La marque est un peu plus connue pour ses thés aromatisés. J’avais  cette image en tête car je trouve souvent seulement des références aromatisées dans les magasins bios. Point positif pour les amateurs de thés aromatisés : les arômes sont naturels et BIOS !

Un préjugé que j’ai vite oublié grâce aux merveilleuses dégustations.

Oui, les jardins de Gaïa nous offrent de très beaux thés d’origine !

« Au cœur de l’Alsace, unique en Europe par sa conception et sa taille (plus de 4800 m2), la Maison de thé a été conçue et pensée pour inviter le visiteur à la contemplation et à la méditation autour d’une tasse de thé.

En ce lieu calme et reposant, entouré de jardins japonais et bercé par une ambiance zen, vous pourrez déguster de délicieux thés et vous évader vers un ailleurs dépaysant… »

Après quelques centaines de kilomètres, je peux confirmer aux amateurs que la maison de thé des jardins de Gaïa est très apaisante et ressourçante ! Une expérience à vivre !

 

Nous avons dégusté de belles références le matin avec une partie de l’équipe dont je vous parlerai plus tard. Nous sommes ensuite allés au restaurant ! Pour notre plus grand bonheur, Arlette a déjeuné avec nous au Moulin Kircher à Ebersheim !

Une journée en Alsace sans déguster une spécialité culinaire ? Impossible ! Les flams, c’est la vie !

P1050563

Nous avons donc déjeuner avec Arlette, Aurélie et Anne…

Nous avons pu découvrir de véritables passionnées ayant un sens de la transparence et de l’éthique incroyable. Quand les membres de l’équipe nous parlent des producteurs, nous observons leurs yeux briller et leurs sourires se déployer ! Elles sont conscientes de la dureté du travail des producteurs et mettent tout en place pour les soutenir à leur niveau.

Je suis enchantée par la spontanéité, la simplicité, la convivialité d’Arlette, Aurélie et Anne. Un enthousiasme communicatif. Bon Dieu, qu’est ce qu’ON souffle !

Après ce repas Alsacien chaleureux, nous retournons à la Maison de thé pour une dégustation avec Arlette et Aurélie (son adjointe) !

Lors des deux séances de dégustations, nous avons goûté des thés indiens, népalais, japonais, quelques rooibos et également quelques thés aromatisés.

Nous avons goûté de nombreux thés mais je vais vous parler de mes coups de cœur !

Commençons par le Sencha Yamacha Rock Garden :

DSC07329

Ce thé japonais est récolté par la même famille depuis 3 générations à flanc de montagne. Ce thé aux effluves herbacées, umami dévoile également des notes de cacahuète. Un thé qui tapisse le palais longtemps. Un vrai bonheur. Voilà un de mes coups de cœur !

75°C- 2 min – Vous pouvez l’infuser au moins 3 fois !

 

Un autre de mes coups de cœur de la journée : le Holi Beauty Jardin Selimbong FTGFOP1 FF 2017 (Finest Tippy Golden Flowery Orange Pekoe One First Flush 2017)  !

DSC07378

Ce thé à la grande richesse aromatique nous fait voyager entre les notes herbacées, fleuries et fruitées. Les effluves de litchi et de miel sont pleines de volupté.

 85-90°C – 3-4 min – Plusieurs infusions possibles car c’est un thé de grande qualité.

 

DSC07415

DSC07280

Après les séances de dégustation, nous avons fait de la méditation dans le pavillon de cérémonie ! Rien de mieux pour terminer la journée en beauté.  Une séance de méditation enrichissante.

Nous n’avons pas résisté à dévaliser la boutique remplie de milles merveilles : thés / tisanes / épices et bien sûr accessoires autour du thé.

P1050575

Un grand merci à toute l’équipe pour cette belle journée !

J’ai une seule question :  A quand notre prochaine road trip Alsacien ?

Ps : j’ai aperçu une cigogne dans un champs lors de notre retour (En mode gamin : ON) !

376864_10150963678308525_1920316037_n

 

Publicités

Tea time à l’Hôtel Scribe

Fin janvier, j’ai eu le plaisir de découvrir les pâtisseries Automne-Printemps de Timothée Gensse ainsi que son dessert créé pour la Saint-Valentin !

Situé dans un édifice du dix-neuvième siècle, l’Hôtel Scribe Paris Opéra by Sofitel est un hôtel de luxe 5 étoiles. Il fut à l’origine, en 1863, le siège du Jockey Club. Sa décoration a été confiée à Jacques Grange, ambassadeur du style parisien. Le 28 décembre 1895, l’Hôtel vit naître le cinéma des frères Lumière. Il a accueilli de nombreux artistes.

Lustres de cristal, hautes colonnes et bibliothèque en mezzanine, l’entrée du Scribe abrite  un salon de thé où se mêlent élégance parisienne et souvenirs d’Asie. Le 1 T. rue Scribe est un élégant boudoir qui propose aux clients de profiter le temps de quelques heures d’un tea-time.

Vous aimez le thé ? Parfait, l’équipe du Scribe se fera un plaisir de vous conseiller en vous proposant différents thés. Point positif plutôt rare, qui distingue favorablement ce lieu des autres : l’Hôtel Scribe propose une vraie carte des thés nature, souvent éclipsés par leurs cousins, des thés aromatisés.

Autre point – un véritable travail de recherche est fait sur les accords thé-pâtisserie. C’est ainsi que je me retrouve avec une théière de sencha, famille des thés verts japonais peu connue en occident, aux arômes principaux très riches : menthe, épinard, herbe coupée, oseille, iode…

En arôme secondaire, il est possible d’identifier des notes de tourteau, pâquerette, jasmin, bulot, beurre frais, orange…

L’équipe respecte avec attention la température de l’eau et le temps d’infusion. Une belle surprise qui permet de s’évader pendant quelques heures lors de la dégustation d’un thé nature.

Déguster un Sencha, c’est bien mais c’est encore mieux lorsque c’est accompagné d’une pâtisserie !

Infatigable gourmande ? – JAMAIS –

dsc06488
Timothée Gensse

 

La Tarte aux deux citrons meringuée de Timothée Gensse est, je pense,  le dessert signature de la maison.

Si je vous dis : Cœur au pur citron vert, mousse citron jaune et zeste de citron vert, crémeux au citron jaune, sablé au zeste de citron vert,  meringue italienne…

Vous craquez ?

A mes yeux, cette tarte est particulièrement réussie car elle est très légère.  On dissocie les deux citrons. C’est agréable car les goûts sont francs. L’acidité donne du peps et de la fraîcheur tout en restant  équilibré. La meringue semble peu sucrée et tout en légèreté.

Coup de cœur pour le cœur au pur citron vert qui explose en bouche.

Visuellement très réussie, on a simplement envie de l’admirer encore et encore.

N’est-ce-pas ?

 

16230104_1839514382984647_2776334346955522048_n
La tarte aux deux citrons meringuée

 

Continuons avec la·Tarte Tatin : Crème montée vanillée et caramel mou,  gelée de cidre, pomme cuite façon Tatin, caramel mou… Ce dessert est totalement régressif ! D’origine normande, ce dessert ne peut que me parler entre les pommes cuites et le cidre en gelée.

16584950_722345331281187_642524212673642496_n
La Tarte Tatin

Le  Mi choco mi caramel : Cœur caramel à la fleur de sel et coulant chocolat noir, mousse de chocolat noir, sablé reconstitué au chocolat noir…

Le chef voulait que l’on retrouve la mousse au chocolat de notre enfance et le pari est réussi. Je suis véritablement retombée en enfance lors de la dégustation de ce dessert.

Ma tante normande Marie-Hélène faisait et fait toujours une mousse au chocolat divine pour le soir du 25 décembre. Je l’attends toujours avec hâte et je m’en délecte. Quel plaisir de retrouver cette sensation en bouche sans s’y attendre…

La mousse au chocolat est légère, forte en chocolat noir et peu sucrée. La surprise du cœur coulant caramel à la fleur de sel et coulant chocolat noir est le petit plus de ce dessert car il surprend le palais et le titille. Cette création vaut  le détour alors je vous conseille d’aller tester le tea-time le plus vite possible.

16465363_257056674718024_3513492949906227200_n
Le Mi Choco Mi Caramel

 

On termine avec le Finger Banane Cacahuète : biscuit cacahuète, feuilletine, praliné cacahuète maison, mousse banane…

D’inspiration Thai, (j-7 pour la Thaïlande – je danse sur place rien qu’en y pensant, merci de ne pas imaginer la scène pour votre bien être…) nous nous délectons de ce dessert où nous retrouvons le vrai goût de la banane.

Un fruit qui – trop souvent – parait chimique et pour notre plus grand bonheur ce n’est pas le cas ! L’association banane cacahuète fonctionne parfaitement et le jeu de texture est top car ce dessert est fondant et croustillant à la fois.

J’en redemande. Si Dieu, tu m’entends…

16584047_1275353109210729_5311210636166823936_n
Le Finger Banane Cacahuète

Pour finir, découvrez le dessert réalisé par le chef pour la Saint-Valentin.

Feuille à feuille chocolat, crémeux passion et sorbet comme une pomme d’amour.

Je suis encore impressionnée par le sorbet. Une expérience assez incroyable que j’ai du mal à décrire. Le sorbet pétillait comme si je venais d’ouvrir la bouteille de cidre brut de mon grand-père.

J’ai pris tellement de temps à prendre en photo ce dessert qu’une feuille de pomme à commencé à tomber, – merci de ne pas en tenir rigueur 😉 -.

Ce dessert est magnifique. D’une grande poésie !

dsc06557

Pour faire court, je vous conseille de courir  au 1 rue Scribe – 75009 – Paris pour découvrir les créations de Timothée Gensse et d’en profiter pour découvrir leurs thés natures.

Une belle adresse. Les pâtisseries ne sont qu’à 10 euros, ce qui est peu cher pour un tel niveau. En prime, le lieu est magique ! Un retour dans le passé grâce à l’architecture et la décoration.

Petite surprise, pour les amoureux, si vous allez dîner au Scribe le soir de la Saint-Valentin avec votre valise, vous remporterez peut-être une nuit dans ce somptueux hôtel ! Qui ne tente rien n’a rien… Alors si vous osiez ?

dsc06504
Timothée Gensse

Pour en savoir plus sur le Scribe : http://www.hotel-scribe.com/

Adresse : 1 Rue Scribe, 75009 Paris

Tea-time dans le salon de thé Toraya

paris-home-hero-02

Ayant repéré cette adresse depuis fort longtemps, un lundi après-midi d’automne,  entre un rayon de soleil et de la pluie, nous avons décidé d’aller nous réfugier dans le salon de thé Toraya, rue Saint Florentin, Paris 8,  pour profiter d’un moment tous les deux « hors du temps ».

« La maison Toraya a une histoire longue de près de 5 siècles.
Son commerce de la pâtisserie débute à la fin de l’ère Muromachi, au milieu du 16e siècle, faisant de Toraya l’une des plus anciennes pâtisseries japonaises traditionnelles du Japon.
Toraya, fournisseur officiel de la Cour impériale depuis le règne de l’empereur Goyôzei (1586-1611), s’installe à Kyoto tout d’abord, puis suit la famille impériale à Tokyo lors du transfert de la capitale en 1869.
Toraya y ouvre un nouveau magasin, tout en conservant celui de Kyoto, et possède à ce jour environ 80 points de vente au Japon. »

Toraya a ouvert une boutique à Paris en 1980 afin de présenter la culture japonaise à l’étranger en proposant des wagashis.  Bientôt 40 ans déjà !

Mais qu’est ce qu’un Waggashis ?  Toraya nous l’explique « Il y a environ trois cents ans que la pâtisserie japonaise a pris la forme d’aujourd’hui, fruit de la sensibilité des Japonais au Beau et au Délicat, et de leur amour de la nature et du passage des saisons.
Cette pâtisserie, à base d’ingrédients naturels parmi lesquels la farine de riz, de blé, l’agar-agar et l’azuki, constitue une nourriture saine ».

D’apèrs Toraya : « Les wagashi peuvent être assimilés à un « art des cinq sens » :

  • le goût, des saveurs qui régalent le palais
  • l’odorat, des fragrances subtiles d’ingrédients naturels comme les azuki, le yuzu ou encore le gingembre, qui n’altèrent en rien le parfum délicat du thé vert accompagnant leur dégustation
  • le toucher, quand on coupe le gâteau avec la main ou un petit pic en bois, ou la sensation lorsqu’il est dans la bouche. Chaque gâteau a une texture gustative et tactile qui lui est propre.
  • la vue, de la beauté des couleurs et des formes utilisées, évoquant les saisons et laissant le plaisir à l’imagination de paysages oniriques variés
  • l’ouïe, avec la consonance poétique de leurs noms, et leurs chansons qui ravisent l’oreille, évoquant les saisons, des scènes oniriques, des légendes ou encore des épisodes historiques.
Choisir c’est renoncer mais il faut bien faire un choix donc nous nous lançons !
Avec mon Tea Lover, nous avons craqué pour deux desserts et deux boissons.
Je vais donc vous en parler un peu plus en détail.
15043740_1833001270250994_4539760885475835904_n
Prèles au coeur de Lune et Azuki Cha
Commençons par « Prèles au Cœur de Lune » ! Il représente les hautes herbes des prèles sauvages, éclairées par un halo de clair de lune, un nuit d’automne. C’est une brioche moelleuse à base d’igname , fourrée à la pâte d’azuki rouge en purée, parfumée à la cannelle. J’ai associé cette délicieuse gourmandise avec un Azuki Cha, un infusion d’Azukis rouges servie glacée.
Un dessert tout en légèreté et finesse ! Dans un ambiance plus que zen, nous prenons notre temps et nous profitons de chaque bouchée. Comme si le temps s’était arrêté. Ce qui fait un bien fou quand on vit à Paris, la ville qui ne dort jamais. Ce n’est pas toujours évident de se ressourcer mais Toraya nous prouve le contraire.
15034759_999107880194932_5864044739015213056_n
Time for tea
Poursuivons avec « Belle journée d’automne ». Il nous invite à la contemplation des panoramas colorés, une belle journée d’automne. Ce gâteau est constitué de pâte de riz tendre, fourrée à la pâte de azukis blancs  (ce qui est plus rare !) estampillé d’un motif de feuille d’érable. Ce gâteau est très peu sucré  et comme son voisin, d’une grande délicatesse ! Basile l’a associé avec un Hôji-cha qui est un thé japonnais grillé !
15057316_109344672883429_9087918114187771904_n
« Belle journée d’Automne »
Nous profitons longuement de ce tea-time ! Le salon de thé est très calme, l’accueil est d’une grande qualité. Les serveuses sont discrètes, à l’écoute de la clientèle et surtout elles connaissent parfaitement les produits afin de conseiller au mieux les tea lovers.
Envie de vous ressourcer ?
Après une promenade dans le jardin des Tuileries, faites un léger détour rue Saint Florentin dans le premier arrondissement et passez un moment « hors du temps » chez Toraya !
Pour en savoir plus, découvrez leur site web.
Toraya :
Adresse : 10 Rue Saint-Florentin, 75001 Paris

Horaires : Du lundi au samedi de 10 heures 30 à 19 heures 

Téléphone : 01 42 60 13 00

 

 

Sadaharu Aoki « J’aime faire simple. Mais lorsqu’on fait simple, la difficulté c’est qu’on ne peut pas tricher. »

 

« La douceur d’une crème fraîche épaisse.  Le goût frais d’un thé vert et sa couleur éclatante.  Une pâte à tarte qui croustille.  L’éclat d’un chocolat. » Sadaharu Aoki

15535491_120774608420453_1068462188206751744_n
Les chocolats de Sadaharu Aoki (-Attention, vous allez fondre – Praliné Matcha, Chocolat coeur Criollo, Praliné Valencia, Praliné Cassisier, Chocolat Côte d’Ivoire, Praliné au Lait) 

Sadaharu Aoki est un chef pâtissier né à Tokyo le 1er juillet 1968.

Il est diplômé de l’école de cuisine Machida. Ce pâtissier allie avec brio la pâtisserie franco-japonaise.

Après un parcours exemplaire, il ouvre sa première boutique en 2001 dans le sixième arrondissement parisien. Deux ans plus tard, nous avons la chance de le retrouver à Paris V où se trouve également son atelier et ses locaux administratifs. Il a également une boutique dans le XVème !

De retour sur Paris après 12 ans, je flâne et découvre de nouvelles pâtisseries dans Paris mais c’est grâce au Gourmet Lafayette que j’ai découvert ce chef. Et oui, je travaille à deux pas du boulevard Haussmann !

Je sais, c’est très dangereux pour la ligne lorsqu’on travaille à côté de Ladurée, Patrick Roger, Pierre Marcollini, Pierre Hermé, Café Pouchkine…  – Bon j’arrête car je viens de prendre au moins un kilogramme en cinq minutes ! –

Après avoir testé plus de la moitié de ses pâtisseries en 2 ans, je peux affirmer que c’est grâce à lui que j’ai découvert le matcha et que j’ai voulu en savoir plus à ce sujet ! J’ai commencé également à faire des pâtisseries au matcha : Cookie au matcha, Madeleine au matcha, Cake au matcha, et j’en passe.

Travaillant énormément pendant la période des fêtes de fin d’année, je n’ai pas pu passer noël avec ma famille. J’en ai profité pour réveillonner avec mon homme – également un Tea Lover – et j’ai décidé de lui faire découvrir les pâtisseries et les chocolats de Sadaharu Aoki – (Faire d’une pierre deux coups est l’expression parfaite, je crois.)

Des desserts au matcha pour Noel, c’est original, n’est-ce pas ? J’ai casser les codes. Et oui, pas de bûche 😉 ! 

15623654_1497796820234601_8612278948904042496_n
La Tarte Caramel Beurre salée au Matcha

Pendant ma pause déjeuner du 24 décembre, j’ai craqué et j’ai filé aux galeries Lafayette. J’ai choisi la tarte caramel beurre salée au matcha et le gâteau Matcha Azuki ! Le caramel beurre salé est équilibré et très fondant ! Une vrai surprise (Avis aux Bretons, dépêchez-vous d’aller la goûter.). On retrouve bien les notes iodées et végétales du matcha. Commençant vraiment à apprécier le matcha, j’aurai apprécié qu’il soit un peu plus intense mais c’était déjà un bonheur en bouche !

15803329_221988361543431_5921078318408400896_n

La pâtisserie matcha azuki est un biscuit dacquoise et chocolat. Feuillantine praliné, crème matcha et pâte de haricots rouges. Une jolie association matcha / haricots rouges. J’aurai bien aimé déguster une infusion d’azuki en même temps. Souvenirs du salon de thé Toraya que nous avons fait en amoureux ! Ce sera pour la prochaine fois. (Mathilde, tu avais promis d’arrêter ! Mais euuuuh…) J’aurai également apprécié que la crème matcha soit plus intense mais le tout est très équilibré.

J’ai également eu la chance de le rencontrer lors du Salon du Chocolat 2015. Un vrai bonheur de pouvoir échanger avec le chef qui m’a fait découvrir le Matcha ! 

Retrouvez les créations de Sadaharu Aoki sur son site internet :

Sadaharu Aoki