Tea Time chez Tomo – Une adresse pour les amoureux du pays du soleil levant. 

Début janvier, je reçois un appel ! « Je reviens en France pour quelques jours. Je compte sur toi pour me faire découvrir une nouveau salon de thé ! Avec plaisir MAIS que choisir ? Le choix est cornélien.  Je souhaite tester une nouvelle pâtisserie afin de découvrir également une nouvelle adresse… Je viens de tester Casse Noisette une semaine plus tôt,  je n’ai toujours pas eu le temps de faire un tour à la Goutte d’Or mais il y a peu de places pour s’assoir alors je ne vais pas prendre le risque un dimanche…

Je vais partager ce tea-time avec un globe trotteuse alors, tout d’un coup, je me dis : Allez, on tente TOMO ! Cette pâtisserie franco-japonaise vient d’ouvrir récemment ses portes. Impossible de ne pas aller découvrir ce salon de thé.

Tomo se trouve à deux pas de l’épicerie fine d’Olivier Roellinger. Aparté : Il est à mes yeux le roi des épices (d’où vient ma collection de poivres à votre avis ?). Je vous présenterai prochainement le cuisinier corsaire qui m’a donné envie de travailler dans le monde de l’épicerie fine – promis. Un voyage des sens. Merci à Olivier Roellinger qui m’a permis de comprendre à quel point le monde de la gastronomie est fascinant de par la diversité des produits… Foncez rue Sainte-Anne pour découvrir la cave à vanilles, humer la trentaines de poivres et faux poivres . Enivrez-vous également de ses poudres d’épices. Poudre des fées, poudre retour des Indes, poudre grande caravane. Vous ne ressortirez pas indemne de votre passage dans cette merveilleuse boutique.

Pour continuer, la rue Sainte-Anne regorge de merveilleuses adresses. Amoureux de la culture asiatique ? Cette rue est faite pour vous !  Une rue – je dirai même LA rue – ou il faudrait presque organiser un marathon culinaire pour tester toutes les bonnes adresses asiatiques : japonais, coréen, vietnamien. Par exemple, si vous avez envie de manger un bibimbap, je vous recommande JantChi qui se trouve juste à côté de la rue Sainte-Anne : Rue Thérèse. J’ai faim rien qu’en écrivant…

Revenons à nos moutons, dimanche après-midi, pas un chat dans Paris, il fait gris et très frais, je suis emmitouflée dans mon manteau sous une couche énorme d’écharpes en laine, bonnet sur les cheveux. Je flâne à la recherche de cette nouvelle adresse excitée à l’idée de retrouver mon amie et bien sûr de déguster les créations franco-japonaises de Tomo.

Lorsque nous rentrons à l’intérieur après avoir bravé courageusement le froid et la fatigue – Life is so hard -, nous découvrons une pâtisserie sobre et épurée.

Nous pouvons observer un des pâtissiers réaliser en live des dorayakis.  A côté se trouve la vitrine des pâtisseries proposant les différentes créations des chefs comme le Paris-Kyoto, un Paris-Brest revisité qui nous semble très gourmand.

Il y a également un petit espace ou vous pouvez vous offrir les thés proposés sur place. Ce sont les thés Jugetsudo, maison de thé Japonaise.

Ensuite vous avez deux salles ou vous pouvez vous installer pour déguster les créations des chefs et déguster un thé japonais et d’autres boissons comme le chocolat chaud soba.

dsc06180
Dorayaki Citronné accompagné d’un Genmaicha

La cuisine est ouverte et on peut en profiter pour observer les préparations directement en cuisine.

En arrivant, nous sommes accueilli par une équipe agréable et souriante. Nous sentons que l’équipe aime ce lieu et souhaite le mettre en valeur. Nous sommes parfaitement conseillées. Une des vendeuses nous décrit toutes les pâtisseries présentes en nous expliquant le concept du Dorayaki. Je ne connaissais pas cette pâtisserie ! SHAME ON ME.

Qu’est-ce que le dorayaki alors ?

« Le dorayaki est une pâtisserie japonaise. En japonais, dora signifie « gong », et cela expliquerait donc le nom de la pâtisserie. Celle-ci consiste en deux pâtes en forme de pancake, faites en kasutera, enveloppant une garniture de pâte de haricot rouge nommée anko.À l’origine, cette pâtisserie n’avait qu’une seule couche. La forme actuelle fut inventée en 1914 à la pâtisserie Usagiya à Ueno, un quartier de Tokyo. »

Les chefs pâtissiers Romain Gaia et Thakanori Murata allie avec brio les saveurs franco-japonaises ! Les deux chefs étaient présents et veillaient au bout déroulement du service. Le chef pâtissier Romain Gaia m’a conseiller d’associer mon darayaki citronné (citron jaune et yuzu) avec un Genmaicha. Découvrez comment Jugetsudo décrit ce thé : « Le Genmaicha est un thé vert aux de riz grillés : Mélange de Genmai (riz décortiqué) grillé avec du matcha (poudre de thé vert). Le parfum prononcé du genmai grillé procure un effet relaxant et rafraîchissant. Un goût très particulier de noisette. »

Le dorayaki citronné est une belle surprise. Très citronné, on retrouve autant le citron que le yuzu. Ce dessert m’a semblé léger, acidulé à souhait et très frais même avec le pancake. L’association avec le Genmaicha, parfaitement infusé, fonctionne très bien. Le thé avec ses notes de noisettes atténue l’acidité du dessert. Un accord tout en fraîcheur et gourmandise.

Mon amie a opté pour un dorayaki Matcha / pâte de azukis rouges avec un thé Hojicha. Jugetsudo nous précise que c’est un thé grillé à haute température. Il dégage un parfum très agréable et procure une sensation de douceur en bouche. Il a moins de caféine que les thés verts. Il est doux pour l’estomac.

Un dessert que nous avons bien sûr partagé. Dans ce dessert, nous retrouvons bien le goût du Matcha, les fameuses notes végétales et iodées. La pâte de azukis rouges associée au matcha fonctionne très bien également. Un mélange classique mais efficace car il est peu sucré et très agréable en bouche. Surprenant pour les personnes qui n’ont pas l’habitude de ces associations japonaises mais on s’y habitue très vite.

Voici ma première expérience chez Tomo. J’y suis retournée la semaine dernière avec la Team Tea Addict. Merci à Volutes Tea pour l’organisation. Nous avons pu échanger avec Romain Gaia. Un beau partage. Si je vous dis chocolat chaud soba et Paris-Kyoto…

dsc06327
Premier voyage pour aller voir les champs de thé et profiter de la cuisine Thaïlandaise !

Je vous en dirai plus très prochainement dans un autre article car je voyage en Thaïlande pour deux semaines. Je vais à Doi Mae Salong pour aller à la rencontre des producteurs de thés avec mon tea-lover !

Et vous, quelles sont vos découvertes théinées du mois de février ?

A très vite pour de nouvelles aventures !

Publicités

Tea time à l’Hôtel Scribe

Fin janvier, j’ai eu le plaisir de découvrir les pâtisseries Automne-Printemps de Timothée Gensse ainsi que son dessert créé pour la Saint-Valentin !

Situé dans un édifice du dix-neuvième siècle, l’Hôtel Scribe Paris Opéra by Sofitel est un hôtel de luxe 5 étoiles. Il fut à l’origine, en 1863, le siège du Jockey Club. Sa décoration a été confiée à Jacques Grange, ambassadeur du style parisien. Le 28 décembre 1895, l’Hôtel vit naître le cinéma des frères Lumière. Il a accueilli de nombreux artistes.

Lustres de cristal, hautes colonnes et bibliothèque en mezzanine, l’entrée du Scribe abrite  un salon de thé où se mêlent élégance parisienne et souvenirs d’Asie. Le 1 T. rue Scribe est un élégant boudoir qui propose aux clients de profiter le temps de quelques heures d’un tea-time.

Vous aimez le thé ? Parfait, l’équipe du Scribe se fera un plaisir de vous conseiller en vous proposant différents thés. Point positif plutôt rare, qui distingue favorablement ce lieu des autres : l’Hôtel Scribe propose une vraie carte des thés nature, souvent éclipsés par leurs cousins, des thés aromatisés.

Autre point – un véritable travail de recherche est fait sur les accords thé-pâtisserie. C’est ainsi que je me retrouve avec une théière de sencha, famille des thés verts japonais peu connue en occident, aux arômes principaux très riches : menthe, épinard, herbe coupée, oseille, iode…

En arôme secondaire, il est possible d’identifier des notes de tourteau, pâquerette, jasmin, bulot, beurre frais, orange…

L’équipe respecte avec attention la température de l’eau et le temps d’infusion. Une belle surprise qui permet de s’évader pendant quelques heures lors de la dégustation d’un thé nature.

Déguster un Sencha, c’est bien mais c’est encore mieux lorsque c’est accompagné d’une pâtisserie !

Infatigable gourmande ? – JAMAIS –

dsc06488
Timothée Gensse

 

La Tarte aux deux citrons meringuée de Timothée Gensse est, je pense,  le dessert signature de la maison.

Si je vous dis : Cœur au pur citron vert, mousse citron jaune et zeste de citron vert, crémeux au citron jaune, sablé au zeste de citron vert,  meringue italienne…

Vous craquez ?

A mes yeux, cette tarte est particulièrement réussie car elle est très légère.  On dissocie les deux citrons. C’est agréable car les goûts sont francs. L’acidité donne du peps et de la fraîcheur tout en restant  équilibré. La meringue semble peu sucrée et tout en légèreté.

Coup de cœur pour le cœur au pur citron vert qui explose en bouche.

Visuellement très réussie, on a simplement envie de l’admirer encore et encore.

N’est-ce-pas ?

 

16230104_1839514382984647_2776334346955522048_n
La tarte aux deux citrons meringuée

 

Continuons avec la·Tarte Tatin : Crème montée vanillée et caramel mou,  gelée de cidre, pomme cuite façon Tatin, caramel mou… Ce dessert est totalement régressif ! D’origine normande, ce dessert ne peut que me parler entre les pommes cuites et le cidre en gelée.

16584950_722345331281187_642524212673642496_n
La Tarte Tatin

Le  Mi choco mi caramel : Cœur caramel à la fleur de sel et coulant chocolat noir, mousse de chocolat noir, sablé reconstitué au chocolat noir…

Le chef voulait que l’on retrouve la mousse au chocolat de notre enfance et le pari est réussi. Je suis véritablement retombée en enfance lors de la dégustation de ce dessert.

Ma tante normande Marie-Hélène faisait et fait toujours une mousse au chocolat divine pour le soir du 25 décembre. Je l’attends toujours avec hâte et je m’en délecte. Quel plaisir de retrouver cette sensation en bouche sans s’y attendre…

La mousse au chocolat est légère, forte en chocolat noir et peu sucrée. La surprise du cœur coulant caramel à la fleur de sel et coulant chocolat noir est le petit plus de ce dessert car il surprend le palais et le titille. Cette création vaut  le détour alors je vous conseille d’aller tester le tea-time le plus vite possible.

16465363_257056674718024_3513492949906227200_n
Le Mi Choco Mi Caramel

 

On termine avec le Finger Banane Cacahuète : biscuit cacahuète, feuilletine, praliné cacahuète maison, mousse banane…

D’inspiration Thai, (j-7 pour la Thaïlande – je danse sur place rien qu’en y pensant, merci de ne pas imaginer la scène pour votre bien être…) nous nous délectons de ce dessert où nous retrouvons le vrai goût de la banane.

Un fruit qui – trop souvent – parait chimique et pour notre plus grand bonheur ce n’est pas le cas ! L’association banane cacahuète fonctionne parfaitement et le jeu de texture est top car ce dessert est fondant et croustillant à la fois.

J’en redemande. Si Dieu, tu m’entends…

16584047_1275353109210729_5311210636166823936_n
Le Finger Banane Cacahuète

Pour finir, découvrez le dessert réalisé par le chef pour la Saint-Valentin.

Feuille à feuille chocolat, crémeux passion et sorbet comme une pomme d’amour.

Je suis encore impressionnée par le sorbet. Une expérience assez incroyable que j’ai du mal à décrire. Le sorbet pétillait comme si je venais d’ouvrir la bouteille de cidre brut de mon grand-père.

J’ai pris tellement de temps à prendre en photo ce dessert qu’une feuille de pomme à commencé à tomber, – merci de ne pas en tenir rigueur 😉 -.

Ce dessert est magnifique. D’une grande poésie !

dsc06557

Pour faire court, je vous conseille de courir  au 1 rue Scribe – 75009 – Paris pour découvrir les créations de Timothée Gensse et d’en profiter pour découvrir leurs thés natures.

Une belle adresse. Les pâtisseries ne sont qu’à 10 euros, ce qui est peu cher pour un tel niveau. En prime, le lieu est magique ! Un retour dans le passé grâce à l’architecture et la décoration.

Petite surprise, pour les amoureux, si vous allez dîner au Scribe le soir de la Saint-Valentin avec votre valise, vous remporterez peut-être une nuit dans ce somptueux hôtel ! Qui ne tente rien n’a rien… Alors si vous osiez ?

dsc06504
Timothée Gensse

Pour en savoir plus sur le Scribe : http://www.hotel-scribe.com/

Adresse : 1 Rue Scribe, 75009 Paris