Barcelone : Bain de soleil, de tapas et d’art !

Pour nos 1 an avec mon tea lover, nous avons pris des billets pour passer un long weekend à Barcelone !

A peine arrivé, nous allons déposer nos valises dans le centre de Barcelone ! En ce mois d’octobre, il fait très beau à Paris et même chaud mais pas autant qu’à Barcelone et ça, cela fait plaisir 😉 ! Pouvoir se balader en t-shirt fin octobre, quel bonheur !

Nous décidons de nous balader dans le quartier « Le Barceloneta » ! C’est un quartier de pêcheurs et de marins. Ce quartier au charme méditerranéen indéniable fut crée en 1753 au moment de la création du Parc de la Ciutadella. Il est en pleine mutation suite à la flambée du secteur immobilier. Barceloneta est connu pour ses fêtes populaires. Nous ne sommes pas déçus lors de notre arrivée dans le quartier, l’ambiance est plus que festive, nous entendons même les barcelonais chantaient en cœur dans différents bars lorsque  que nous flânions dans les rues tout en profitant de l’air marin et du soleil !

Après une balade en bord de mer, l’appel du ventre ne tarde pas… Il est temps pour de manger des tapas 😉 !

En nous promenant, nous sommes intrigués par une adresse et nous décidons de tenter l’expérience  : c’est parti pour le Restaurante Somorrostro !

Un restaurant slow food ! Une étique consistant à  proposer au maximum des produits locaux, de petits producteurs et si possible biologiques !

http://restaurantesomorrostro.com/#ingredients

Nous craquons pour les Patatas Bravas, des tapas traditionnels en Espagne ! Les petites pommes de terre sont cuites au four et recouvertes d’une sauce tomate épicée !

DSC08188DSC08194DSC08195

Et pour accompagner ces tapas, un vin rouge espagnol de petits producteurs produit en biodynamie ! Un délice ! (Shame on me : j’ai pris l’appellation en photo mais je n’arrive pas à la relire ! C’est le vin à 19€50.)

DSC08175

Nous avons ensuite pris un tapas autour du riz et du poulpe ! Le poulpe, j’en suis amoureuse ! Peu importe la manière dont il est préparé !  Quoi de mieux qu’un séjour à  Barcelone pour en profiter ?

DSC08217

Pourquoi ne pas continuer avec une paella aux fruits de mer ?

On en avait bien envie depuis un moment !

J’ai déjà eu la chance d’aller à Barcelone, Madrid et Valence lors de différents voyages. J’ai pu me délecter de différentes paellas dont la paella valencienne. Mon tea lover n’a pas eu cette chance donc nous en avons donc profité .

DSC08225

Un restaurant de qualité, une belle démarche et un accueil très chaleureux ! Une décoration avec des objets récupérés au top. Je vous recommande cette belle adresse !

Nous continuons la soirée à nous balader en bord de mer et à siroter des sangrias dans des bars !

Le lendemain, nous commençons la journée pour aller voir la Sagrada Familia ! Nous n’avons pas visité l’intérieur. J’ai eu la chance de la voir il y a une dizaine d’année. Elle change de jour en jour mais nous l’avons admirer ! Nous voulions voir d’autres musées !

DSC08296

Nous avons dégusté de la tortilla et du « pan con tomate » avec un bon jus d’orange.

« Le pa amb tomàquet (littéralement, « pain à la tomate ») est considéré comme la préparation la plus typique de la Catalogne et comme faisant partie de son Corpus Culinari. Il s’agit tout simplement de tranches de pain frottées par une moitié de tomate, parfois de l’ail, et assaisonnées avec de l’huile d’olive et, éventuellement, du sel. »

DSC08356DSC08361

Nous avons ensuite visité le Museu de la Música que Basile souhaitait voir ! Un passionné d’instruments de musique anciens. Après celui de Prague, nous allons donc à sa découverte !

DSC08402

DSC08405

Nous avons eu la chance d’avoir une visite guidée gratuite et d’observer de très anciens instruments dont une mandoline datant de 1500/1515 ! Nous avons même eu la chance de pouvoir visiter l’école de musique, ce qui est très rare ! C’était dans le cadre d’un festival !

Nous avons ensuite visité le musée maritime de Barcelone !

 » Le musée maritime de Barcelone est situé dans le anciens chantiers navals royaux de Drassanes. C’est le plus grand bâtiment gothique civil au monde : on a le sentiment en le visitant d’être davantage dans une Cathédrale qu’un chantier naval. Inutile de dire que le musée raconte la longue histoire de Barcelone avec la mer, on peut y voir toutes sortes d’instruments de navigation. Les collections du Musée Maritime de Barcelone réunissent les témoignages matériels d’une longue tradition culturelle liée à la mer et qui ont perduré au long de l’histoire Catalane. »

Un musée que j’ai trouvé très attractif, en tant que néophyte ! Basile l’a trouvé un peu enfantin et aurait aimé y trouver plus d’informations historiques et techniques ! Nous avons tout de même apprécié. La réplique de la Galère Royale de Jean d’Autriche est tout juste impressionnante !

Nous nous sommes ensuite promenés dans le quartier gothique tout en profitant de son architecture !

 

DSC08786DSC08795DSC08789DSC08787

Nous avons retrouvé ensuite un ami de Basile vivant à Barcelone. Ils ne s’étaient pas vu depuis 5 ans ! Quoi de mieux que de déguster des tapas et boire de la sangria entre amis ?

DSC08566DSC08548

Pan con tomate, patatas bravas, Pimientos de Padró (Pour en savoir plus : https://www.papillesetpupilles.fr/2017/06/pimientos-de-padron.html/)  au programme !

DSC08555

DSC08546

Suite à une soirée sous le signe des retrouvailles, nous rentrons à l’hôtel pour notre dernière nuit en Catalogne !

Après une agréable nuit, petit déjeuner dans notre B&B style art nouveau !

DSC08579

DSC08584

Nous nous levons tôt pour aller visiter le Parc Guell by Gaudi ! Ma mère était architecte d’intérieur et m’a sensibilisé à l’architecture. Nous avions passé une semaine à visiter les différentes oeuvres de Gaudi il y a plus de 10 ans ! Un architecte hors norme !

DSC08718

 « Rien n’est de l’art s’il ne provient pas de la nature. »Antoni Gaudi 

Lier technique et nature ne fait pas peur à Gaudi et c’est ce que j’admire chez lui !

DSC08641DSC08719DSC08645

DSC08744

Il y a tant à dire sur lui et le courant du Modernisme ! Voici un tout tout tout petit résumé !

« Antoni Gaudí i Cornet, né le 25 juin 1852 à Reus ou Riudoms et mort le 10 juin 1926 à Barcelone, est un architecte catalan de nationalité espagnole et principal représentant du modernisme catalan.

Son travail a marqué de façon durable l’architecture de Barcelone et constitue une « contribution créative exceptionnelle (…) au développement de l’architecture et des techniques de construction ».

À ce titre, sous le nom d’« Œuvres de Gaudí », sept de ses œuvres ont été inscrites par l’UNESCO au patrimoine mondial de l’Humanité (le parc Güell, le palais Güell, la Casa Milà, la Casa Vicens, la façade de la Nativité et la crypte de la Sagrada Família, la Casa Batlló et la crypte de la Colonia Güell. »

Le Modernisme Catalan et la Culture Catalane

« Le Modernisme est rattaché aux mouvements connus sous les noms de Sezession, Liberty, Jugendstil ou Art nouveau. Néanmoins, à la différence de ces mouvements, le modernisme catalan avait une ambition qui ne se limitait pas au renouvellement esthétique : il était l’expression d’un désir de modernisation et de renaissance culturelle de la Catalogne, alimenté par le dynamisme de sa capitale, Barcelone. C’est pourquoi le Modernisme est allé au-delà de l’architecture et des arts plastiques et a joué également un rôle très important dans la langue, la littérature et la musique.

Tandis que la principale caractéristique de l’Art nouveau, dans ses différentes modalités et dénominations, visait à créer un style architectural et international, reflet de la culture cosmopolite du fin-de-siècle, le mouvement catalan recherchait une nouvelle synthèse entre les traditions et la modernité plus radicale. L’esprit cosmopolite de l’Art nouveau se traduit en Catalogne par une idée générale de modernité enracinée, dans le but ambitieux de projeter le pays vers le futur depuis l’absorption de ses racines culturelles les plus profondes. »

Même en travaux, ce parc est magique, une création enchanteresse ! La orde de touriste gâche un peu le plaisir mais comment ne pas admirer les créations de cet artiste ?

Nous avons ensuite visité une nouvelle fois le quartier gothique ainsi que la cathédrale de Barcelone !

DSC08455

Nous sommes montés sur les toits afin d’admirer Barcelone ! La Sagrada Familia est magnifique mais la cathédrale, joyaux historique mérite également le détour !

Barcelone nous offre également de merveilleuses cours intérieures !

DSC08825

En flânant nous avons également trouvé le « Temple d’August » ! Une belle découverte loin des touristes ! A ne pas rater ! « Le temple d’Auguste est un temple romain situé à Barcelone !  Datant de la période impériale du temps de la colonie de Barcino, l’actuelle ville de Barcelone, ce temple est dédié au culte de l’empereur Auguste. À l’origine, le temple est situé au centre de la colline de Tàber, actuellement au 10, carrer del Paradís dans le quartier gothique, le centre historique de la cité. »

DSC08476

Bon allez, il est bientôt temps de rentrer, on fait un dernier tour au Marché de La Boqueria ! Fruits de mer à volonté dont de délicieux poulpes frits !

Il y avait bien trop de touriste à mes yeux par contre, ce qui gâche un peu le plaisir !

DSC08749DSC08753DSC08756DSC08762DSC08767

Pour terminer le séjour, nous savourons des churros…

DSC08533

DSC08537

Il est temps de rentrer à Paris ! Ce fut un plaisir de revoir Barcelone après toutes ces années !  Le temps d’un weekend, ce fut l’occasion de prendre un bain de soleil, de tapas et d’arts ! Un city trip incontournable car Barcelone a toujours de nouveaux trésors cachés !

Ens veiem aviat Barcelona !

 

Publicités

Damman Frères – Tea Time au Sofitel – LUNG CHING LION PEAK

Jeudi 14 octobre, j’ai découverts avec plaisir la nouvelle collection Automne – Hiver 2017 / 2018 de Dammann Frères autour d’un tea time au Sofitel !

DSC07193

DSC07223

DSC07208

DSC07242

DSC07181

DSC07232

DSC07203

DSC07243

J’y ai découverts la collection Christmas 2017.

Une collection autour des saveurs de Noël :

Christmas Tea blanc :  thé blanc parfumé associant le pain d’épices, la cerise, l’amande et le gingembre
Christmas Tea vert : thé vert mêlant l’orange sanguine, la vanille, la pomme, l’amande amère, la cannelle et le gingembre
Christmas Tea : thé noir associant  l’ananas, l’orange et le caramel
Tisane de Noël : Mélange de cannelle, mélisse, fève de cacao, cardamome, réglisse, gingembre
Rooibos de Noël : rooibos à l’orange et aux épices

Cette collection me rappelle le premier Christmas tea Dammann Frères que j’ai offert à ma maman pour Noel, il y a peut-être 5 ou 6 ans ! Elle l’avait beaucoup aimé. Le temps passe vite !

Une collection aux saveurs de Noel ! J’ai un petit coup de cœur pour la tisane qui me plait de par ses associations ! Le gingembre, la cardamome, la réglisse sont des saveurs que j’aime. Il faut savoir les associer. Le pari est réussi !

Une collection qui va attirer  les amateurs de thés de noël car les associations de ces différents thés nous plongent au cœur des marchés Alsaciens… A dieu, le vin chaud, bonjour le Christmas Tea ! Et pourquoi pas les deux, d’ailleurs ?

Des thés que j’aime offrir aux amateurs de thés gourmands !

Dammann Frères propose également un calendrier de l’avant autour du thé. Une amie me l’a offert l’an dernier. Une surprise par jour. Parfait pour cocooner lors des longues soirées d’hiver.

J’ai dégusté lors de ce tea time également un thé chinois : Le Lung Ching Lion Peak.

Ce thé, venant d’un cultivar ancien, est provient de la montagne Shi Feng, origine de la production du thé Lung Ching.

Cette montagne se trouve en bordure de la ville de Hangzhou. Cette ville est la capitale de la province chinoise du Zhejiang.

La récolte a lieu avant le festival des claires Lumières (Qing Ming Festival) : le 3 avril 2017, à 920 mètres d’altitude !

L’attaque de ce thé est fraîche et fleurie. Il dévoile ensuite une texture soyeuse et de jolies notes de châtaignes. Une fine astringence en fin de bouche.

Une très belle découverte ! Au point que j’en ai oublié de le prendre en photographie. Un thé que je vous recommande les yeux fermés.

 

Merci à toute l’équipe pour cet agréable moment plein de volupté !

Bonne fin de weekend à tous !

 

 

 

Mauviel 1830 – Cocktail dînatoire dans l’Atrium du Printemps

MAUVIEL 1830

Ernest Mauviel a crée Mauviel  en 1830, déjà 187 ans, à Villedieu-les-Poêles en Normandie dans la Baie du Mont-Saint-Michel !

Villedieu-les-Poêle se trouve dans La Manche (50).

Ma famille habite à St Côme du Mont et Carentan. Ce n’est pas loin ! Mes grands-parents étaient producteurs de lait et vivaient dans une ferme typiquement normande. Ils ont déménagé il y a quelques années dans un appartement plus confortable pour leurs vieux jours.

Ils ont légué la ferme à mon oncle qui produit désormais du lait normand BIO. Mon grand-père est né dans cette ferme et y a toujours vécu. Cette maison a 100 ans cette année.

Une maison où j’ai passé des semaines entières :

583632288
Mon paradis dans les Marrais du Cotentin
  • à gambader dans les champs et les marrais
  • à aller chercher les vaches dans les près
  • à aider mon oncle à traire les vaches

615277380

  • à  récolter le foin avec mon oncle
  • à chercher le lait frais le matin à la stabu afin de la faire bouillir pour le petit-déjeuner
  • à déguster le cidre brut et le calvados de mon grand-père
  • à donner à manger aux animaux de la ferme (vaches / moutons / cochons / lapins / poules)

615281026

  • à jardiner avec ma grand-mère
  • à cuisiner avec ma grand-mère (La teurgoule)
  • à pêcher les coques avec ma grand-mère
583637835
Les Marrais du Cotentin (Un retour aux sources…)

Avec le temps, je me rends compte que si j’aime autant le monde de la gastronomie, ce n’est pas pour rien. Mes grands parents m’ont transmis, à leur manière, un héritage inestimable, un amour des produits du terroir.

Mon autre grand-père était apiculteur et passionné de jardinage et de pêche (étrille / tourteau / crevette).

Vous comprenez peut-être mieux pourquoi j’aime autant la Normandie, la crème fraiche et le beurre !

DSC06033

Revenons à Mauviel ! Villedieu-les-Poêles est considérée comme la cité du cuivre. On y fabrique des ustensiles de cuisine depuis 800 ans. Un savoir ancestral !

Mauviel offre son savoir faire aux professionnels de la gastronomie depuis très longtemps. Cette marque s’ouvre également aux amateurs depuis quelques années.

Le cuivre est un excellent conducteur d’énergie, qui répartit uniformément la chaleur dans la casserole et qui s’adapte facilement aux variations de température.

Le cuivre offre une cuisson maîtrisée pour un respect des aliments et du goût.

DSC06027

Mauviel est connu pour ses cuivres mais la marque propose également des ustensiles dans d’autres matières comme l’aluminium et l’acier.

Le cuivre me rappelle des souvenirs car dans chez mes grands-parents, il y a des casseroles en cuivres en décoration couvrant le mur du salon. Elles sont transmises de génération en génération.

J’ai découverts les cuivres Mauviel grâce au meilleur confiturier du Monde 2015 Stéphan Perrotte. Ses confitures sont de véritables pépites ! Ils travaillent essentiellement pour de grands chefs et épiceries fines de qualité comme Anne-Sophie Pic ou Georges Blanc.

Quand Mauviel organise un cocktail dînatoire dans l’atrium du Printemps, je ne peux refuser ! Ce fut un événement agréable. Nous avons rencontré le jeune et dynamique chef Alex Neel qui nous a transmis son amour des cuivres Mauviel ainsi que sa passion pour les produits de sa région, ma région, notre région.

DSC06025

Je suis ravie d’avoir passé ce moment aux côtés de mon tea lover, de My cup of tea et des Jeudis culinaires !

Alsace & Les Jardins de Gaïa

PS : Alsace, I love you.

558303_10150949977693525_2098264239_n
La Petite France à Strasbourg
3067_10150949969043525_2082477023_n
Une cigogne au Parc de l’Orangerie à Strasbourg

Vendredi 8 septembre, avec les Teasters nous prenons la route direction l’Alsace ! Pour quelles raisons ? Pour aller à la rencontre des Jardins de Gaïa, de sa créatrice Arlette et de ses collaborateurs/trices !

Quand je pense à l’Alsace, j’oublie tout et je plonge dans de merveilleux souvenirs… En 2012, je fus stagiaire dans l’hôtellerie / restauration pendant 4 mois dans les Vosges (88) et le weekend j’en ai profité pour visiter un peu la Lorraine (Poke Alex) et l’Alsace !

282619_10150908808468525_731109628_n

 

La Lorraine, le pays des Mirabelles  et de son eau de vie, des Brimbelles (Myrtilles), de la Bergamote de Nancy, des bonbons des Vosges, du Baba au Rhum et bien sûr du Pâté Lorrain (Il est composé principalement d’échine de porc (viande grasse) et de noix de veau (viande blanche) entourés par une pâte feuilletée. Son arôme provient de la marinade de la viande, préalable à la cuisson et faite de vin (rouge ou blanc selon les recettes).

526580_10150964340163525_1493876461_n

Si vous trouvez du Pâté Lorrain à Paris, je prends. J’ai passé 4 mois à manger cette spécialité et c’est un vrai délice lorsque cela sort du four… MIAM.

Revenons à l’Alsace !  J’ai eu la chance de visiter Strasbourg, Colmar, Munster et Kaysersberg. Une région magique.

547922_10150963668898525_1956895380_n
Kaysersberg
561424_10150949953043525_2003020722_n
Les Kouglofs : Vous pouvez en trouver chez Sébastien Gaudard à Paris

Pour moi l’Alsace, c’est les Cigognes, les maisons en colombages, le Kouglof, les vins Alsaciens (Les Hospices de Strasbourg), la bière, le Munster (Le Musée du Fromage), les quetsches, les spaetzles, la choucroute, le Baeckeoffe, les flammekueches. J’arrête pour les spécialités car j’en ai encore pour des mois. Une région comme vous pouvez le voir Bonne vivante ! BRAVO, maintenant, j’ai faim. (Elle rivalise presque avec ma région Normande et Ma région Rhône-Alpes.)

551145_10150963701283525_1068668828_n

539078_10150963679198525_1509747684_n
Kaysersberg
558253_10150950022903525_1873706655_n
Tartiflette au Munster (Oui, bon, j’ai vécu en Haute-Savoie, ça se voit…)
391264_10150963685388525_764987616_n
Colmar
563932_10150949988298525_2053188193_n
Les Hospices de Strasbourg
179988_10150963681758525_203005845_n
Je rêve d’avoir une maison en colombage… (Un gros passif normand ? Pas du tout !)

Bon, j’avoue, je suis parti loin… Mais me revoilà, pour parler de notre magnifique journée près de Strasbourg ! A Wittisheim exactement ! Comment cela se prononce déjà ? Le but de la journée : en savoir plus sur les Jardins de Gaïa, rencontrer sa créatrice, son équipe, visiter les locaux, déguster du thé (accessoirement) et voir des cigoooognes.

Il y a tant à dire et à vous montrer si seulement mon appareil photo et mon téléphone ne m’avaient pas lâchée. (Merci à Anne pour le prêt de son appareil photo) !

Après 4 heures de train, nous sommes accueillis dans le 67 très chaleureusement par l’équipe. Nous visitons les différents espaces : nous commençons par les jardins zen !

P1050524
Les Jardins Zen

A peine arrivée sur place, je me sens déjà apaisée. Je sens que nous allons nous ressourcer loin de la tumulte parisienne.

« La Maison de thé est entourée de cinq jardins japonais, chacun présentant un thème différent, dans lesquels l’eau a été remplacée par du granit concassé. Ce type de réalisation, « Karesansui » – sans eau en japonais – est d’origine très ancienne. Baptisés « L´étang de la tortue », « Le jardin de la grue », « Le jardin de la mandoline », « Le lac du silence » et « Plein est vide », ces jardins apportent une touche de modernité : ils communiquent entre eux. Les rochers d´un jardin sont mis en relation avec ses voisins, tout comme les plantes ou d’autres éléments le composant. Cette multitude de liens entre les jardins permet au visiteur de tisser sa propre histoire avec le lieu. »

Les Jardins de Gaïa existent depuis 1994. Ils sont les premiers sur le marché du thé en France à proposer 500 thés et tisanes BIOS. Une grande partie de ces produits viennent du commerce équitable et certains sont même produits en biodynamie !

Arlette et son équipe travaillent en harmonie avec les producteurs. Rien de plus important aux yeux de ces passionnés que de proposer aux clients des thés de qualité produits de manière éthique grâce à leurs relations durables et soutenues avec les producteurs. 

Nous avons eu la chance de visiter les locaux de A à Z :  de l’aromatisation à la mise en sachets ! Tout est réalisé artisanalement dans les locaux à Wittisheim. J’ai apprécié la transparence des Jardins de Gaïa. L’équipe nous a montré et expliqué chaque étape.

La marque est un peu plus connue pour ses thés aromatisés. J’avais  cette image en tête car je trouve souvent seulement des références aromatisées dans les magasins bios. Point positif pour les amateurs de thés aromatisés : les arômes sont naturels et BIOS !

Un préjugé que j’ai vite oublié grâce aux merveilleuses dégustations.

Oui, les jardins de Gaïa nous offrent de très beaux thés d’origine !

« Au cœur de l’Alsace, unique en Europe par sa conception et sa taille (plus de 4800 m2), la Maison de thé a été conçue et pensée pour inviter le visiteur à la contemplation et à la méditation autour d’une tasse de thé.

En ce lieu calme et reposant, entouré de jardins japonais et bercé par une ambiance zen, vous pourrez déguster de délicieux thés et vous évader vers un ailleurs dépaysant… »

Après quelques centaines de kilomètres, je peux confirmer aux amateurs que la maison de thé des jardins de Gaïa est très apaisante et ressourçante ! Une expérience à vivre !

 

Nous avons dégusté de belles références le matin avec une partie de l’équipe dont je vous parlerai plus tard. Nous sommes ensuite allés au restaurant ! Pour notre plus grand bonheur, Arlette a déjeuné avec nous au Moulin Kircher à Ebersheim !

Une journée en Alsace sans déguster une spécialité culinaire ? Impossible ! Les flams, c’est la vie !

P1050563

Nous avons donc déjeuner avec Arlette, Aurélie et Anne…

Nous avons pu découvrir de véritables passionnées ayant un sens de la transparence et de l’éthique incroyable. Quand les membres de l’équipe nous parlent des producteurs, nous observons leurs yeux briller et leurs sourires se déployer ! Elles sont conscientes de la dureté du travail des producteurs et mettent tout en place pour les soutenir à leur niveau.

Je suis enchantée par la spontanéité, la simplicité, la convivialité d’Arlette, Aurélie et Anne. Un enthousiasme communicatif. Bon Dieu, qu’est ce qu’ON souffle !

Après ce repas Alsacien chaleureux, nous retournons à la Maison de thé pour une dégustation avec Arlette et Aurélie (son adjointe) !

Lors des deux séances de dégustations, nous avons goûté des thés indiens, népalais, japonais, quelques rooibos et également quelques thés aromatisés.

Nous avons goûté de nombreux thés mais je vais vous parler de mes coups de cœur !

Commençons par le Sencha Yamacha Rock Garden :

DSC07329

Ce thé japonais est récolté par la même famille depuis 3 générations à flanc de montagne. Ce thé aux effluves herbacées, umami dévoile également des notes de cacahuète. Un thé qui tapisse le palais longtemps. Un vrai bonheur. Voilà un de mes coups de cœur !

75°C- 2 min – Vous pouvez l’infuser au moins 3 fois !

 

Un autre de mes coups de cœur de la journée : le Holi Beauty Jardin Selimbong FTGFOP1 FF 2017 (Finest Tippy Golden Flowery Orange Pekoe One First Flush 2017)  !

DSC07378

Ce thé à la grande richesse aromatique nous fait voyager entre les notes herbacées, fleuries et fruitées. Les effluves de litchi et de miel sont pleines de volupté.

 85-90°C – 3-4 min – Plusieurs infusions possibles car c’est un thé de grande qualité.

 

DSC07415

DSC07280

Après les séances de dégustation, nous avons fait de la méditation dans le pavillon de cérémonie ! Rien de mieux pour terminer la journée en beauté.  Une séance de méditation enrichissante.

Nous n’avons pas résisté à dévaliser la boutique remplie de milles merveilles : thés / tisanes / épices et bien sûr accessoires autour du thé.

P1050575

Un grand merci à toute l’équipe pour cette belle journée !

J’ai une seule question :  A quand notre prochaine road trip Alsacien ?

Ps : j’ai aperçu une cigogne dans un champs lors de notre retour (En mode gamin : ON) !

376864_10150963678308525_1920316037_n

 

Accords Thé et Pâtisserie : Clafoutis aux cerises et Sakura Sakura

C’est le temps des cerises !

Mon tea lover est un amoureux des fruits. La saison des cerises lui rappelle de nombreux souvenirs d’enfance. Pour ma part, les nombreuses promenades dans le Lubéron à cueillir des cerises éveillent mes sens.

Pour lui faire une surprise, j’ai voulu lui préparer un clafoutis aux cerises.

J’ai opté pour la recette de Papilles et Pupilles ! Une recette simple et si savoureuse.

Découvrez sa recette : 

« Pour 4 personnes :

  • 500 g de cerises
  • œufs
  • 4,5 cuillères à soupe de sucre en poudre
  • 2,5 cuillères à soupe de farine
  • 125 ml de lait
  • 1 sachet de sucre vanillé
  •  15 g de beurre

 

Lavez les cerises, séchez-les et ôtez les queues.

Préchauffez le four à 180°C.

Casez les œufs dans un saladier et battez-les en omelette. Ajoutez le sucre, mélangez, puis ajoutez la farine tamisée petit à petit. Mélangez bien à nouveau puis ajoutez le lait et le sucre vanillé.

Beurrez le moule.

Déposez les cerises dans le plat, et versez l’appareil à clafoutis par dessus.

Enfournez. Comme mon plat est profond j’ai laissé cuire 1 heure mais normalement, dans un plat peu profond, 40 à 45 minutes de cuisson suffisent. Pour vérifier, planter la lame d’un couteau dans le clafoutis, elle doit ressortir sèche.

A la sortie du four, vous pouvez saupoudrez le clafoutis d’une cuillère à soupe de sucre glace. »

DSC06741

Avec ce clafoutis aux cerises, pourquoi ne pas déguster le thé vert Sakura Sakura de Mariage Frères ? Un thé vert gourmand évoquant les cerisiers en fleurs…

A déguster chaud ou glacé 😉 ! Pour ma part, aujourd’hui, il sera glacé car le soleil inonde mon appartement…

DSC07607

De retour de Sardaigne et de Normandie, de belles vacances ou je reviens avec plein de merveilleux souvenirs en tête ! Et vous, bientôt les vacances ?

 

Atelier culinaire avec Dominique Fonseca, Meilleur Ouvrier de France

Mardi 27 juin, nous avons participé à un atelier culinaire animé par le Chef Dominique Fonseca, Meilleur Ouvrier de France, dans les locaux de Marmiton avec le soutien de Rosières !

Nous avons eu la chance d’échanger avec le chef qui fut, lors de l’atelier, toujours à l’écoute ! Un chef passionnant et d’une grande pédagogie.

 

Découvrez son parcours, plus qu’impressionnant !

Ce chef a démarré comme apprenti pâtissier, puis apprenti cuisinier au restaurant Ledoyen à Paris sous les ordres de Monsieur Guy Legay tout en suivant les cours de l’École Ferrandi.

Il  a préparé le concours des Meilleurs Apprentis de France. Il en sortira finaliste. Ce concours réputé va lui donner l’opportunité de réaliser son service militaire dans les cuisines du Palais de l’Élysée, sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing.

Fort de ses précédentes expériences, le chef a ensuite travaillé chez Henri Séguin, au Pressoir. et dans à  l’Intercontinental à Paris. En 1980, Guy Legay  lui propose de venir travailler à ses côtés dans les très célèbres cuisines du Ritz.

DSC05768

 

Pendant vingt huit années, Dominque Fonseca va franchir les échelons. Il commencera en tant que commis et finira en tant que chef.

En 1980, il se marie et aura 3 enfants avec sa femme Françoise !

Il  passera avec succès le Concours de Meilleur ouvrier de France en 2000.

Rêvant de se mettre à leur compte, le couple se lance en 2007.  Ils ouvrent en 2008 leur propre hôtel-restaurant « Le Coq Hardi », à Pouilly-sur-Loire.

Une belle aventure qui continue encore aujourd’hui…

 

Un programme alléchant lors de cet atelier culinaire…

DSC05830DSC05855DSC05841

 

Amuse-bouche :

  • Crémeux de langoustine œuf de caille et croquant d’endive

DSC05885

  • Chausson de pigeon pistache : Gros coup de cœur lors de la dégustation ! A se damner !

DSC05860

  • Samoussa courgette mozarella

DSC05853

  • Filo boudin et pomme croquant

DSC05883

  • Fougasse olive tomate et marjolaine

 

Bouchées Sucrées :

  • Moelleux cerise pistache

DSC05799

 

  • Abricot Rôti amande

DSC05817

  • Bâton menthe ananas

Quoi de plus convivial que de déguster tous ensemble les différentes créations culinaires ?

DSC05877

Avec Sonia, nous avons passé une excellente matinée…

Nous avons découvert également la marque Rosières. Cette marque française propose un équipement culinaire innovent autant pour les cuisines professionnelles que pour les passionnés de cuisine et de pâtisserie.

Si vous avez des projets de rénovation ou d’aménagement, n’hésitez pas à aller y jeter un œil sur leur site.

 

Un grand merci au chef et à son second, à Marmiton, Rosières et Au Féminin pour l’organisation de ce bel événement !

 

 

Lisboa / Lisboa : Accord Thé et Patisserie : Pastéis de Nata

Bom Dia Lisboa !

Connaissez-vous les pastéis de Nata ? Un dessert typique de la cuisine portugaise qui me rappelle de nombreux souvenirs ! Et vous ?

DSC05318

Pour en savoir plus sur ce gâteau emblématique, découvrez son histoire :

« Au début du XIXe siècle, à Belém, près du “Mosteiro dos Jerónimos” (Monastère des Jerónimos), se trouvait une raffinerie de sucre de canne, associée à un petit magasin de commerce en tout genre. Suite à la révolution libérale de 1820, tous les couvents et monastères du pays furent fermés en 1834 le clergé ainsi que ses travailleurs expulsés.

Toutefois, afin de subsister, un des anciens occupants du Monastère décida, 1837, de vendre, dans ce même petit magasin, des tartelettes issues de la recette originale du monastère et rapidement appelées “Pastéis de Belém” (Tartelettes de Belém).

pastel_de_belem_caixa

Photographie

A l’époque, Belém était éloignée de Lisbonne et le parcours se faisait par bateau à vapeur. Cependant, la somptuosité du “Mosteiro dos Jerónimos” et de la ” Torre de Belém” attirait beaucoups de visiteurs qui se sont rapidement habitués à savourer les délicieuses tartelettes du Monastère.

En 1837 débuta La confection des “Pastéis de Belém” dans les installations annexes de l’ancienne raffinerie, selon l’antique “recette secrète” originaire du monastère, fut depuis, transmise aux maîtres-pâtissiers successifs et exclusivement connue de ces derniers qui continuent aujourd’hui à les confectionner de façon artisanale dans “l’Atelier du Secret”.

Cette recette reste immuable. En fait, grâce au savoir-faire de ses maîtres-pâtissiers et au choix judicieux de ses ingrédients, les “Pastéis de Belém” offrent toujours la seule et unique saveur de la pâtisserie portugaise d’autrefois. »

 

 

Souvenirs, souvenirs de mon voyage au Portugal avec mon amie Sonia en Janvier 2016 !

12494829_10153415404618525_3672960441683034862_n

Au programme

 – Nous avons profité de la gastronomie locale : Beignet de morue, Salade de poulpe, Morue façon Bras, Poulpe façon lagareiro et ses pommes de terre, Arroz Doce, Pasteis de Nata…

– Nous nous sommes promenées dans Lisbonne. Nous avons surtout visité le quartier emblématique de l’Alfama à pieds.  C’est le seul quartier de Lisbonne ayant survécu au tremblement de terre de 1755. Ses rues sont très étroites et ses miradouros (points de vue) nous offrent une vue incroyable !  C’est  le quartier le plus pittoresque de Lisbonne. L’Alfama est, également connu pour son fado ! (« Le fado est un genre musical portugais, constitué de chants populaires au thème mélancolique accompagné d’instruments à cordes pincées. »)

12552853_10153415414098525_7872630773156415830_n

Vous pouvez le parcourir ce quartier à  pieds ou prendre le tramway n°28 qui pourra vous emmener découvrir le château Saint-Georges (castelo Saõ Jorge) ou le musée du Fado (casa do Fado e de guitarra portuguesa). Vous pourrez admirer les carrelages muraux peints à la main (Azulejos) ! Magnifique !

– Nous avons visité des monuments emblématiques de la ville : Monastère des Hiéronymites, Tour de Belém, Pont du 25 avril, Ascenseur de Santa Justa…

12417823_10153415436203525_1890272768773227514_n

– Nous avons fais un tour dans la station balnéaire et portuaire de Cascais en flânant sur la plage en plein mois de janvier… Tout en profitant du soleil et de la chaleur, bien sûr ! 20 degrés à Lisbonne alors qu’il neigeait en France…

12552899_10153415432598525_2607694613304163125_n

 Un voyage enivrant ! Un pays à découvrir et j’ai hâte d’y retourner !

Lorsque je suis nostalgique, je fonce donc chez Comme à Lisbonne pour déguster de délicieuses Pasteis de Nata ! Elles sont excellentes lorsqu’elles sont tièdes ! Vous pouvez les saupoudrer de cannelle !

Je vous propose de déguster ce gâteau avec un Darjeeling first flush (Inde) by Dammann Frères : Le SINGTOM. C’est le plus ancien jardin à Darjeeling. Il offre de merveilleuses premières récoltes. Ce thé SFTGFOP fut récolté à 2000 mètres d’altitude le 20 mars dernier.

La brume permanente qui repose sur les théiers garantie une humidification naturelle et constante des feuilles.

DSC05515

Ce thé nous dévoile des notes lactées, d’amandes et de noix fraîches ! Le côté lacté s’associe à merveille avec la rondeur des pastéis de nata 💕 !

Un long weekend au Portugal qui me donne envie d’en savoir plus sur ce pays et sa culture ! Très impressionnée par la gentillesse des portugais ! On y retourne quand ?

 

Au pays des 258 fromages… Accord Thé et Fromage : Le Neufchâtel

Fabriqué dans le pays de Bray, en Normandie,  le Neufchâtel est un fromage fermier au lait cru de vache A.O.P (Appellation d’origine protégée).

Il fait parti de la famille des fromages à pâtes molles et à croûte fleurie et il a 25% de matière grasse !

La durée de l’affinage est de 10 jours minimum à compter du jour de moulage. L’affinage est conduit à une température comprise entre 10 et 14 °C.

Le troupeau des producteurs de lait destiné à la fabrication de « Neufchâtel » comprend :

– au moins 40 % d’animaux de race normande à partir du 1 janvier 2015 ;

– au moins 60 % d’animaux de race normande à partir du 1 janvier 2019. (Ça se rapproche !)

Les vaches doivent pâturer au moins six mois dans l’année.

Ce fromage est apprécié pour sa croûte blanche et sa pâte légèrement salée, onctueuse et au bon goût de lait. Il dévoile également une légère acidité.

Ce fromage est un des plus anciens fromages normands. Le légende raconte que pendant la guerre de Cent ans, pour les fêtes de fin d’année, les jeunes filles offraient aux soldats anglais des fromages en forme de cœur pour témoigner leur amour ! N’est-ce pas ce qu’il y a de plus romantique ?

(Si j’ai le choix entre des fleurs et du fromage, que vais-je choisir ? Question très complexe !)

DSC00125
Neufchâtel Aop

Connaissez-vous les différentes familles de fromages ?

Voici donc les différentes familles et quelques exemples de fromages !

  •  fromages frais ou blancs (Exemple : La Brousse de Provence ou les Crémets d’Anjou)
  • fromages à pâtes molles et à croûte fleurie (Camembert de Normandie / Brie de Meaux / Neufchâtel)
  • fromages à pâtes molles et à croûte lavée (Le Pont l’Evêque / le Maroilles ou le Mont d’Or)
  • fromages à pâtes pressées non cuites (Le Reblochon / Le Cantal)
  • fromages à pâtes persillées (Bleu du Vercors / Roquefort / Fourme d’Ambert (ma famille préférée !)
  • fromages à pâtes pressées cuites (Comté / Emmental / Abondance)
  • fromages de chèvre (Pélardon / Chabichou du Poitou / Rocamadour)
  • fromages dits fondus (Cancoillotte)

Il existe différents laits pour réaliser du fromage : Lait de Vache (Beaufort) / Lait de Brebis (Roquefort) / Lait de Chèvre (Picodon)  !

Comment voulez-vous gouverner un pays où il existe 258 variétés de fromage ? Charles de Gaulle

C’est vrai que ce n’est pas une mince affaire…

Cela ne nous empêche pas de proposer des accords thés et fromages !

Deux produits que j’apprécie, comment ne pas les associer ? Impossible !

DSC00254

Avec le Neufchâtel, je vous propose de déguster le Kamairicha artisan by Lupicia. Ce thé vert japonais raffiné fut torréfié de façon traditionnelle dans un chaudron en acier devant nos yeux par le Maître de thé japonais Korogi !

Retrouvez les photos sur mon instagram : @instabouchefine.

Il a de délicates notes végétales et de châtaignes crues. Il s’accorde bien avec le Neufchâtel qui est légèrement acidulé. La fraîcheur de ce thé adoucie celle-ci !

En tant que Normande, je peux aussi vous conseiller de l’associer avec un « Cidre Pays d’Auge » brut ou un  cidre « Pays d’Auge Cambremer AOP » brut ! Un régal !

Personnellement, j’ai eu la chance de déguster le cidre de mes grands-parents (Saint-Côme-du-Mont (50)) pendant toute mon enfance et celui de mon oncle (Montaigu-la-Brisette (50)) ! Je m’enivre, d’ailleurs, toujours de celui de mon oncle lors des réunions de famille !

Je vous souhaite une bonne semaine ! Aimez-vous associer le fromage et le thé ? Si oui, lesquels ? Faites moi saliver !

 

 

 

 

Voyage : Les Marchés Thaïs ou le Paradis des Sens.

Les marchés Thaïs ou Le Paradis des Sens. Le gout, l’odorat et la vue sont enchantés lorsque l’on flâne dans ces marchés, dans ces lieux de vie… Avoir les larmes aux yeux lorsqu’on ressent toutes ces sensations inconnues et intenses.

Des producteurs adorables et humbles. Un vrai choc.  Ne pas sortir indemne de cette merveilleuse expérience.

Aujourd’hui, je vous présente quelques produits que l’on retrouve dans la cuisine thaï. Des produits que je connaissais pour la plupart mais que j’ai redécouvert en mangeant de merveilleux plats locaux… (Non, non, je ne suis absolument pas nostalgique !)

DSC_0966
Bai makrut – Mini aubergines thaï « Petits Pois »

Ces mini-aubergines sont souvent utilisés dans les curry verts.  Attention le gout est légèrement amer 😉 !

DSC_0973
Kha – Galanga

Le galanga est un rhizome de la même famille que le gingembre. Il est moins piquant et plus camphré. On le retrouve beaucoup dans les soupes, c’est d’ailleurs comme cela que j’ai découvert ce produit. Incroyable. Une de mes plus belles claques lors de ce voyage ! Les thaïs l’utilisent aussi pour réaliser des pâtes de curry.

DSC_0980
Différents piments dont le Phrik khi nu – Piment thaï

Petit et relevé, le piment de Thaïlande est évidement  un incontournable de la cuisine Thaïlandaise. Les Thaïs l’utilisent entier ou coupé en petit morceaux dans les sautés au wok et dans les soupes ! Attention quand vous mangez 😉 ! Il peut également être moulu pour l’ajouter dans des pâtes de piments ou des sauces. Très piquant, les graines sont tout autant que la chair.

DSC_0983
Khing – Gingembre

Le gingembre a été apporté en Thaïlande par les Chinois. Les thaïs utilisent du gingembre jeune à la peau très fine et beige. C’est un gingembre très juteux qui apporte une grande fraîcheur dans les préparations. On retrouve ce produit dans des salades, des plats sautés et même des soupes !

DSC_0985
Kha min – Curcuma

Originaire de l’Inde, il existe plusieurs variétés de curcuma. La plus utilisée en cuisine en Thaïlande est le Curcuma longa. A partir du rhizome de ce dernier, on obtient l’un des principaux ingrédients du curry thaïlandais. Les thaïs préfèrent le cuisiner frais en le râpant, en le mijotant en soupe ou bien en le faisant frire.

DSC_1015
Takhrai – Citronnelle

La citronnelle est un ingrédient indispensable dans la cuisine thaï ! On retrouve cet ingrédients notamment dans les currys, les salades et les soupes (Les meilleures soupes au monde – ça me manque !). On utilise toujours le tiers inférieur de la plante en prenant soin d’enlever 2-3 couches de la feuille fibreuse. Pour conserver ce produit : Il faut la mettre au réfrigérateur dans un pot avec un peu d’eau au fond. Les feuilles de la citronnelle peuvent servir pour décorer vos plats.

DSC_1013
Feuilles de combawa

Les feuilles de combava sont utilisées entières ! Impossible de décrire le gout et l’odeur de ce produit merveilleux ! Une de mes plus belles découvertes… Vous pouvez trouver ces feuilles dans différentes recettes comme la soupe épicée Thaï, en chiffonnade dans le poisson en feuille de bananier ou la salade de Canard Thaï. Et vous, comment préférez-vous déguster ce produit ? Pour ma part, j’apprécie ce produit sur toutes ces formes mais je pourrai déguster une soupe à tout moment !

DSC_1024
Feuilles de combawa
DSC_1009
Combava

Le mot combava provient des anciennes cartes maritimes où une île indonésienne à l’est de Bali, dans l’archipel de la Sonde dans la mer des Moluques, est dénommée « Sumbawa ». Il est originaire de ces îles qui se trouvent en Indonésie. On utilise ses zestes pour agrémenter des pâtes de curry. Il contient très peu de jus même si il y en a très peu ! Cet agrume est plus acide et amer que le citron, son gout frais est unique et c’est un ingrédient à découvrir de toute urgence 😉 !

DSC_0968
Mara – Courge amère

Elle est le plus souvent consommée crue avec Nam phrik. Cette courge est souvent cuite dans un bouillon clair avec de la viande de porc hachée (Tom Chuet mara thaï).

DSC_0992
Thua phu – Haricot ailé ou pois carré

Ce produit est douvent mangé cru avec Nam phrik.

DSC_0987

Il est difficile de parler de tous les ingrédients thaïs car je n’ai passé que deux semaines dans ce merveilleux pays.

La cuisine thaï est d’une richesse et d’une complexité incroyable !  Elle n’est pas réputée pour être une des gastronomies les plus fines au monde pour rien. Je n’ai qu’une envie, y retourner et approfondir mes connaissances sur les différents ingrédients thaïs en allant à la rencontre des producteurs et en dégustant les plats locaux.

Pour en savoir plus, cliquez sur ce lien qui liste la plupart des ingrédients utilisés dans la cuisine thaï : épices, fruits, légumes, aromates, sauces, champignons, insectes, algues …

Je vous dis à très vite et je vous laisse flâner dans les marchés de Bangkok…

N’hésitez pas à me parler de vos expériences gastronomiques en Thaïlande et des produits thaïs que vous appréciez !

DSC_0991DSC_0987DSC_0986DSC_0996DSC_0997

Accord Thé / Pâtisserie : La Forêt Verte Kyoto de Sadaharu Aoki

DSC09376

La forêt verte Kyoto de Sadaharu Aoki est composée d’un biscuit amandes / matcha, d’une mousse au thé vert et d’une chantilly agrémentée de griottes imbibées de kirsch.

Une foret noire franco-japonaise revisitée de façon moderne. A découvrir pour les amoureux du Pays au Soleil Levant !

J’aurai apprécié que le matcha soit plus intense mais c’est un dessert qui s’adresse à tous !

Même à à ceux qui ne connaissent pas bien le goût si  particulier de ce thé. Cela permet d’appréhender les saveurs végétales et iodée de ce thé.

On retrouve bien le gout des cerises et du kirsch. Attention à ceux qui ne boivent pas d’alcool, le kirsch est intense dans ce dessert  !

DSC09409

Je vous conseille le Sincha Koushun, thé vert japonais (first flush) qui a été récolté au printemps 2016 by Dammann Frères !

Il est récolté à Ryogouchi sur les pentes embrumées qui bordent la rivière Okitsu dans le district de Shizuoka.  Ce thé a de belles longues aiguilles d’un vert sombre.

Il donne à l’infusion une liqueur verte pale. Ce thé nous dévoile des notes végétales et de délicates notes de châtaignes crues.

Il accompagne parfaitement cette foret verte avec délicatesse. Il atténue l’intensité du kirsch et relève l’intensité du matcha !

DSC09385

Retrouvez mon premier article dédié à d’autres créations intenses en matcha by Sadaharu Aoki  !

Bonne journée à tous et à très vite !